FR
RSS feed Nouvelles

Lars Bak deuxième dans le Tour du Danemark

main news image
14/08/2013

L'épreuve de cinq jours, le Tour du Danemark, a débuté par une étape de 180 km en direction de Varde. Le départ était donné à Silkeborg, le village natal de Lars Bak. Pour lui, il s'agissait donc aussi d'une étape spéciale avec beaucoup d'amis, la famille et des fans le long de la route. Lars s'y est classé troisième après avoir placé une accélération au peloton à 15 km de l'arrivée et avoir rejoint les échappés. Le lendemain se déroulait une étape difficile, venteuse entre Ribe et Sonderborg. Jens Debusschere a bouché le trou entre le peloton et les quatre leaders, mais il a finalement été repris. Après quelques difficiles et sinueux circuits locaux, l'étape s'est terminée par un sprint qui a été remporté par Breschel. Dehaes s'y est classé septième alors que Lars Bak se trouvait bien à l'avant avec sa dixième place et il s'est donc emparé de la troisième place du classement général.

Vendredi s'est disputée la plus difficile étape du Tour du Danemark. Après que Brian Bulgaç et Maarten Neyens ait roulé toute l'épreuve en tête de peloton, Lars a pu sortir dans le final avec cinq autres coureurs. Il a encore essayé d'attaquer, mais dans la dernière ascension du dernier tour, le peloton est revenu. Bak s'est ensuite classé quatrième du sprint. Le contre-la-montre individuel du lendemain semblait décisif pour le classement final. Wilco Kelderman y fut 18 secondes plus rapide que Lars. Cela lui a permis de prendre la première place au classement général. Bak était deuxième à 6 secondes.

Lars Bak: "Je me suis senti bien toute la semaine et j'ai donc aussi à chaque fois pu terminer à l'avant. Malheureusement, j'ai commis quelques petites fautes durant le contre-la-montre, c'est pourquoi j'ai perdu du temps. Kelderman était simplement très fort et il fut 18 secondes plus rapide que moi. A ce moment, on connaissait le vainqueur final du Tour du Danemark. Je suis bien un peu déçu parce que l'on veut toujours gagner lorsque l'on est si près, surtout lorsqu'il s'agit d'un tour dans votre pays natal. 6 secondes, ce n'est pas beaucoup, mais c'est bien l'écart entre le premier et le deuxième. J'étais venu ici avec pour objectif d'engranger un top 5, la deuxième place n'est donc naturellement pas mauvaise. L'année prochaine, j'aurai à nouveau l'opportunité d'y aller à fond."

Retour